La nécessité s’impose

«La vie, principe simple et incontestable.»

«La vie, principe simple et incontestable.»

« La nécessité s’impose d’édifier une structure d’accueil pour le monde qui vient, d’aller plus loin que l’histoire, de la gagner de vitesse pour que les valeurs éprouvées comme permanentes et universelles survivent à l’écroulement du monde périmé qui les a produites.
La nécessité s’impose d’un organe d’espèce. Il intégrerait toutes les richesses, toutes les sagesses du passé. Il analyserait toutes les potentialités du futur et les confronterait aux aspirations et aux exigences permanentes de l’homme « indivis, temporel et intemporel » (Saint John Perse). Il aiderait les hommes à procéder à chaque instant, librement et en connaissance de cause, aux choix décisifs.
Utopie, ambition démesurée ou suprême réalisme ?
L’expérience est en cours, elle se nomme l’Institut de la Vie et porte l’espérance de la vie qui veut vivre. »

Maurice MAROIS, 1960

APPEL D’UN BIOLOGISTE

« Biologiste, nous lançons un double appel :
A tous les hommes de science, afin qu’il mettent en commun leurs préoccupations et leurs espoirs, qu’ils perçoivent l’immense attente du monde, et qu’ils apprécient plus clairement encore, s’il se peut, leurs responsabilités.
A tous les hommes, afin qu’ils mesurent le prix de la vie et sa fragilité, et qu’ils aident la science à en assumer la défense.
Ainsi sera rompue la solitude de l’homme de laboratoire par un double mouvement des hommes vers la science et de la science vers les hommes.
Nous proposons aux hommes de science de s’unir avec les hommes du plus haut niveau de conscience et d’édifier un Haut Lieu, une institution qui aurait valeur de symbole :l’Institut de la Vie.
Nous croyons à la puissance d’appel des symboles. Il faut que les hommes sachent qu’il existe quelque part sur la terre un Haut Lieu où la science médite sur elle-même sous le signe : Science sans conscience n’est que ruine de l’âme, des corps et du monde, et où s’assemble les plus grands hommes, les meilleurs fils de l’humanité. »

            Maurice  MAROIS
Revue Monde combattant n°104, janvier 1961
Fédération des anciens combattants,

« A vrai dire, il n’y a pour l’homme qu’un véritable ennemi digne de lui, qu’un adversaire à sa taille, c’est lui-même… Il y aura pour l’humanité matière à de dramatiques options puisque de la façon dont elle choisira d’exploiter son savoir, dépendra la figure de son destin. »

Jean ROSTAND
de l’Académie française

« Nous sommes, à n’en pas douter, impliqués dans une sorte de mutation prodigieuse…une transformation radicale, qui paraît bien devoir affecter plus ou moins directement ce qui a fait pour nous, jusqu’à présent, le prix de l’existence. »

Gabriel MARCEL
De l’Institut

Réactions

Réactions et points de vue, rapportés par Maurice Marois

SOMMAIRE :

  1. Réactions des spiritualités
  2. Réactions des incroyants
    1. la philosophie matérialiste.
    2. Milieux enseignants et laïques
  3. Réaction des économistes et des milieux patronaux
  4. Réactions du Tiers-Monde et des Pays de l’Est
    1. Tiers-Monde
    2. Hommes de l’Est
  5. Points de vue des Syndicalistes ouvriers
  6. Point de vue d’un philosophe : Martin Buber
  7. Point de vue du savant

Lire ce chapitre au format pdf :lire en pdf


haut de page